View Post

Des déchets, il purifiait, un déchet elle devenait. Par Stéphanie Tessier

J’aurais également pu donner, à ce fait divers, le titre « Un gardien d’immeuble victime de la mort ratée d’une locataire ». Dans la semaine, le gardien de l’immeuble où j’habite, m’annonce avoir retrouvé une locataire dans une poubelle, alors qu’il voulait la nettoyer. Cet homme localise sa jouissance en plusieurs points : regarder et complimenter les « belles femmes » de l’immeuble, sur un …

View Post

Le Mémorial du 11 septembre : faire trou dans le réel, par Patrick Stoessel

Chaque village français a son monument aux morts des deux guerres mondiales. Aujourd’hui, on parle de « mémorial » et les morts sont des victimes – ce qui est une des définitions du mot. Dans ce contexte de réel pur, les victimes sont aussi collatérales : les survivants, les familles, les proches, victimes en mal de rituels pour « faire leur deuil » comme le …

View Post

Hamlet-père : victime ! Hélène Coppens

« Si tu as jamais aimé ton tendre père…Venge son meurtre ignoble et monstrueux ! » (Acte I, scène 5) C’est ainsi que s’adresse à Hamlet son père, revenu du monde des morts. En effet, le spectre du père d’Hamlet vient lui révéler le meurtre dont il a été l’objet et lui sommer de lui obtenir réparation. Ce père, telle une victime, porte …

View Post

« Victimes » des violences du langage, par Jean-Louis Aucremanne

Le thème « Victime » nous convoque à élucider la violence spécifique au parlêtre, le trouble dont le langage l’affecte. À la hauteur de la formule « le mot est le meurtre de la chose », la violence des humains comporte une destructivité inégalée dans le règne animal. Dans la pire abomination, le meurtre de la chose rejoint la Shoah. Et cette violence peut …

View Post

Victime de la victimologie, par Maryse Volsan

Depuis plusieurs années, la victime[1] est l’objet d’une grande attention dans les divers champs des médias, de la santé, des marchés, du politique, jusqu’à produire un effet de mode ; le thème est devenu un pur produit tendance, conforme au goût, au besoin du moment et reçoit la faveur du public. Le XXIe inaugure-t-il l’ère du culte de la victime ? Son …

View Post

La petite histoire du psychiatre victime du psychopathe, par Jonathan Leroy

Il était une fois un jeune psychiatre canadien qui fit une mauvaise rencontre… Ce jeune psychiatre, Robert Hare, décida de travailler durant un an dans le pénitencier de Vancouver avant de débuter sa thèse de doctorat traitant des effets de la punition sur les comportements humains. Le premier patient qu’il rencontra, un prisonnier dénommé Ray, sortit un couteau, menaça de …

View Post

Victimes d’un rêve ? Cinzia Crosali

Ils partent par centaines de leurs villages, de lieux perdus d’Afrique. Ils déboursent des sommes exagérées, s’endettent ; parfois tout le village se cotise pour payer leur projet. La destination de ce voyage est une inconnue sans garanties, chargée de dangers et de menaces parmi lesquels le risque de mort n’est que trop fréquent. Ils arrivent sur les côtes de Sicile, …

View Post

Victimologie : victime des enquêtes de victimation ? Magdalena Kohout-Diaz

Dans une perspective de mesure quantitative des faits de violence, la criminologie contemporaine s’attache en particulier depuis les années 90 à appréhender le point de vue de la victime. La victime est appelée à coopérer avec le scientifique. La jouissance qui y est associée d’un côté et de l’autre n’a pas été sans occasionner débats éthiques et réajustements terminologiques, particulièrement …

View Post

« Victime » : un enjeu éthique, par Adriana Campos

Qu’est-ce qu’une victime ? Une « victime », selon le dictionnaire, est une personne qui a subi un préjudice, un mal, un dommage. Mais aussi « une personne qui sacrifie volontairement sa vie, son bonheur », ou un « souffre-douleur en butte à l’hostilité réelle ou supposée de quelqu’un, d’un groupe » ou même une « créature vivante offerte en sacrifice à une divinité ». « Victime » n’est pas un concept …

View Post

Au-delà de la honte, par Glenn Strubbe

« Il faut bien le dire, mourir de honte est un effet rarement obtenu. »[1]  Après le suicide de l’ancien éminent politicien belge Steve Stevaert, qui venait d’apprendre par les médias qu’il devait se présenter devant un juge concernant une affaire de viol, le philosophe de morale Willem Elias, doyen de la Faculté de Psychologie et Sciences de l’Education de l’Université libre …