hand

L’ÉTHIQUE DE LA PSYCHANALYSE, À REBOURS DE LA VICTIMISATION – Danièle Le Dantec.

    Un mouvement logique de cure analytique, cela peut être de passer de l’attitude de la « belle âme », celle qui se nourrit du désordre qu’elle dénonce, en s’en percevant la victime, à un savoir lucide sur la responsabilité que vous avez dans l’incurable qui vous singularise.

   En début de cure, on met la cause de ses souffrances sur le dos de l’Autre, en fin de cure, on comprend mieux ce qu’a écrit Lacan dans « La science et la vérité » « de notre position de sujet, nous sommes toujours responsables » [i]. Ce trajet s’éclaire au travers de cette formule de Jacques-Alain Miller : « il y a une affinité structurale, constante, du moi avec la vocation de victime » [ii], et par le fait que l’éthique de l’analyse travaille précisément contre l’identification au moi et contre la « méconnaissance » [iii].

   On trouve chez Freud les fondements d’une pratique qui fonctionne à rebours de la victimisation. Revoyons la cure de Dora, et ce que Lacan en dit dans « Intervention sur le transfert ». Elle s’ouvre par le « réquisitoire » [iv] de Dora qui se plaint d’être victime de l’hypocrisie de tous dans le quadrille qu’elle constitue avec son père, M. K et Mme K : pour Dora « le comble est qu’elle est […] offerte sans défense aux assiduités de M. K sur lesquelles son père ferme les yeux, la faisant ainsi l’objet d’un odieux échange » [v].

   À cette posture de victime revendicatrice, Freud répond, note Lacan, par un « premier renversement dialectique » : «  regarde, lui dit-il, quelle est ta propre part au désordre dont tu te plains » [vi]. Il se révèle alors que Dora a tout fait pour favoriser la relation entre son père et Mme K, et participer à la cour que lui fait M. K. Que penser, du coup, de la jalousie de Dora à l’égard de la relation amoureuse de son père ? Intervient ici le « deuxième renversement dialectique »  opéré par Freud : la jalousie affichée par Dora à l’égard de cette Mme K qui lui a pris son père masque l’amour homosexuel inconscient de Dora pour Mme K. C’est en réalité son père qu’elle envie, parce qu’il est l’amant de Mme K, et elle s’identifie à son père au travers de ses symptômes hystériques.

   La fascination de Dora pour le corps de Mme K, le secret gardé par Dora sur l’initiation sexuelle par cette amie qui n’a pas hésité ensuite à l’accuser de mensonge et de perversité, « la générosité avec laquelle Dora pardonn[e] la trahison de l’amie aimée » [vii], amènent Lacan à formuler le « troisième renversement dialectique », « celui qui nous livrerait la valeur réelle de l’objet qu’est Mme K pour Dora. C’est-à-dire […] le mystère de sa propre féminité » [viii].

   Ce troisième renversement dialectique ne put être opéré par Freud : celui-ci, pour avoir peut-être trop voulu le bien de Dora, pour être revenu trop souvent sur son amour supposé pour M. K, et pour n’avoir su l’orienter à temps vers «  la reconnaissance de ce qu’était pour elle Mme K » [ix], se heurta à la « vengeance » [x] de Dora, qui mit fin au traitement.

   Quinze mois plus tard, Dora apprend à Freud qu’elle a fait « reconnaître par tous la vérité dont elle sait pourtant qu’elle n’est pas, toute véridique qu’elle soit, la vérité dernière » [xi] : sa cure, bien qu’inachevée, l’aura au moins délogée de sa position de victime de l’hypocrisie générale. La seule victime dans l’affaire, serait plutôt M. K, qui, troublé dans la rue de rencontrer Dora par hasard, se fait renverser par une voiture.

   Mais cet acte manqué de M. K n’aurait pu « être reçu par elle comme manifestation de [son] désir [inconscient à lui] que si elle [s’était acceptée] elle-même comme objet du désir, c’est-à-dire après qu’elle [eut] épuisé le sens de ce qu’elle cherch[ait] en Mme K » [xii].  Peut-être d’ailleurs que si la cure de Dora avait été à son terme, M. K n’aurait pas été victime de cet accident. M. K est une victime « collatérale », sans dommages majeurs toutefois, de l’inachèvement de l’analyse de Dora, éclairée par Lacan dans son « Intervention sur le transfert. »

Notes

[i]           Lacan J., Écrits, Éd. du Seuil, Paris, 1966, p. 858.

[ii]          Miller J.-A., L’Orientation lacanienne, « Donc », Leçon du 26 janvier 1994, inédite.

iii             Terme de J.-A. Miller, ibid., cf. le document préparatoire à Pipol 7.

[iv]          Terme  de J. Lacan, « Intervention sur le transfert », Écrits, op. cit., p. 218.

[v]            Lacan J., Écrits, op. cit.,  p. 218.

[vi]             Ibid., p. 219.

[vii]          Freud S., « Fragment d’une analyse d’hystérie », Cinq Psychanalyses, p. 90, note de 1923, éd. des Puf.

[viii]           Lacan J., op. cit., p. 220.

[ix]             Ibid., p. 222.

[x]           Terme de Freud, employé à la fin du cas Dora.

[xi]             Lacan J., o.C, p. 224-225.

[xii]         Ibid., p. 222.

Translations : Espagnol, Anglais, Italien, Néerlandais